Les Français sont habitués au discours de campagne de Jean-Luc Mélenchon ! 

A l’occasion de leur convention à Reims, les militants LFI et Jean-Luc Mélenchon se sont réunis, promettant une campagne présidentielle sans grande différence avec celle de 2017.

A l’occasion de leur convention à Reims, les militants LFI et Jean-Luc Mélenchon se sont réunis, promettant une campagne présidentielle sans grande différence avec celle de 2017. Ainsi, pour son troisième pèlerinage électoral, la France insoumise assure qu’il n’y aura pas de nouveauté majeure et espère simplement jouer sur leur savoir-faire militant.

Capitaliser sur la notoriété de Jean-Luc Mélenchon

Pour ses expériences passées de 2012 et de 2017, le candidat insoumis  de la gauche avait réalisé respectivement plus de 11 % et 19,5 % des suffrages exprimés. Une position qui semble donner une forme de sérénité à ses militants lors de leur convention au parc des expositions à Reims, ce samedi.

« On ne va pas repartir d’une page blanche », explique le coordinateur de La France insoumise Adrien Quartenns, ajoutant qu’après 2017, « c’est processus cumulatif, ce qui est fait est déjà fait ». Le député du Nord insiste : « On assume, une campagne n’est pas un objet marketing où tout doit changer ».

C’est en effet le cas avec le candidat insoumis dont le personnage est clivant, mais qui a l’avantage de la notoriété. « Les gens ont vu ce que c’était quand est élu un président qu’ils ne connaissaient pas trois ans auparavant », souligne le directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, Manuel Bompard, qui fait sans doute allusion à l’élection d’Emmanuel Macron.

Ainsi, comme stratégie politique, les militants vont renouer avec les méthodes de campagne d’il y a 5 ans, notamment l’usage à outrance des réseaux sociaux et les caravanes dans les quartiers populaires. « On monte un barnum, une table et des chaises pliantes sur une place d’une cité », explique le député Alexis Corbière, en s’assignant l’objectif d’un million de nouveaux inscrits sur les listes électorales, en particulier des jeunes.

Le programme de 2017 toujours d’actualité…

Les troupes de Jean-Luc Mélenchon mettent en avant leurs habitudes de travail pour pousser le curseur en intensité, avec l’apparition de kits militants et fiches argumentatives au renfort des porte-paroles.

L’habitude aussi est la promotion de « l’Avenir en commun », l’intitulé du programme considéré comme une bible en interne et à l’œuvre depuis 2017. Les cadres de LFI considèrent que l’essentiel du contenu est toujours valable. Ainsi, pour sa sortie attendue le 18 novembre, il sera actualisé, notamment les 95 propositions des lois des députés.  « A quoi bon changer un programme considéré en 2017 comme le meilleur par diverses ONG ? », s’est interrogé le coresponsable du programme Hadrien Toucel, sous les applaudissements des conventionnels.

La seule nouveauté à considérer est peut-être la déclinaison du programme en plans, des mesures chiffres, susceptibles de répondre à des problèmes d’urgences d’ordre social, environnemental et démocratique.

Par ailleurs, comme en 2017, le thème social occupera une place de taille dans cette campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon au moment où l’assise médiatique de l’extrême droite est bâtie autour de l’émergence et de quelques personnalités. « La question du prix de l’essence, du gaz, de l’alimentation » va être capitale, observe la nouvelle présidente du groupe des députés, Mathilde Panot.

Afficher Masquer le sommaire
Plasma Review » Non classé » Les Français sont habitués au discours de campagne de Jean-Luc Mélenchon !