Soutien-gorge : découvrez ce qui arrive lorsqu’on arrête d’en porter !

Le premier soutien-gorge tel qu’on le connaît aujourd’hui a vu le jour en 1889. Il serait aujourd’hui vu comme un symbole de l’oppression subie par les femmes. De plus en plus de jeunes femmes s’en débarrassent et est même né un mouvement « no bra » pour inciter les femmes à s’en débarrasser. Qu’est ce qui arrive lorsqu’on arrête d’en porter ?

Porter un soutien-gorge reste un choix personnel, l’article ne sert pas à convaincre qui que ce soit d’arrêter d’en porter mais juste de relever les bénéfices que cela peut avoir sur votre corps. On vous explique.

« Les seins se composent de tissu glandulaire et de graisse. La glande mammaire est soutenue par les ligaments de Cooper, qui forment un tissu conjonctif dans le sein», explique la Docteure Alexis Parcells, chirurgienne plasticienne dans le New Jersey. La forme et la tenue de vos seins dépendent de la répartition du tissu glandulaire et de la graisse.

Une meilleure posture

Un soutien-gorge mal ajusté peut augmenter la tension musculaire et la raideur et affecter le flux d’air circulant dans la cage thoracique. Du coup, cela peut affecter sur la posture et l’équilibre, il est important de ne pas se sentir emprisonné dedans.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Leana (@itsleana____)


Des douleurs dans le cou peuvent apparaître

Pour certaines femmes aux fortes poitrine, ne pas porter de soutien-gorge pourrait provoquer des douleurs dorsales et cervicales. En effet, avoir une forte taille de bonnet peut être douloureux à cause du poids des seins sur le trapèze, muscle qui part de la nuque vers les épaules et le haut du dos. Le soutien-gorge permet ainsi d’alléger ce poids.

Un meilleur maintient de la poitrine

Si dans l’imaginaire collectif le port du soutien-gorge permet à la poitrine de ne pas s’affaisser, il se passerait en réalité l’inverse. En effet, Le Dr Jean-Denis Rouillon avait suivi l’évolution de 320 femmes sans soutien-gorge en 1997. Il en a déduit que le mamelon remonte (en moyenne de 7 millimètres en un an), que les seins se raffermissent, que les vergetures s’estompent, que le confort s’améliore et que la respiration est meilleure.

Plusieurs femmes témoignent du raffermissement de leurs seins après l’arrêt du soutien-gorge. C’est notamment le cas de Clémentine Lavotte, qui témoigne dans le Huffington Post. Elle constate, un an après l’arrêt des soutiens-gorge, que ses seins ne tombent pas, que ses tétons sont moins sensibles, qu’elle n’a plus de douleurs dorsales, qu’elle se tient plus droite qu’avant…« J’ai libéré ma poitrine. Et c’est sans doute, l’une des meilleures décisions de ma vie !« , dit-elle.

Le port du soutien-gorge serait à l’origine du cancer du sein ?

Certaines publications laissent entendre qu’il y aurai un lien entre le cancer du sein et le port du soutien-gorge, seulement ces spéculations n’ont jamais été prouvées et ont même été réfutées par d’autres recherches, dont celle publiée en 2014 dans la revue Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention, menée auprès de 1 500 femmes. « Le risque de cancer du sein était similaire, quel que soit le nombre d’heures par jour pendant lesquelles les femmes portaient un soutien-gorge, qu’elles portent un soutien-gorge avec armatures ou non, et quel que soit l’âge auquel elles ont commencé à en porter », affirmait l’étude.

Il reste tout de même important de porter un soutien-gorge pendant le sport, ou une brassière, qui est essentielle afin de maintenir les seins. Cela préviendrait les micros traumatismes du tissu mammaire et le déchirement des ligaments de Cooper. Sinon, il se peut que cela forme des vergetures ou des cicatrices.

Afficher Masquer le sommaire
Plasma Review » Beauté » Soutien-gorge : découvrez ce qui arrive lorsqu’on arrête d’en porter !