Non uniformatisation des mesures relatives au Pass sanitaire : l’Europe à plusieurs vitesses !

Depuis plusieurs semaines, le pass sanitaire n’est plus une option en France, mais une obligation pour tout citoyen. Ceci toujours pour avoir sous contrôle cette situation de crise sanitaire qui tient le monde au respect.

Depuis plusieurs semaines, le pass sanitaire n’est plus une option en France, mais une obligation pour tout citoyen. Ceci toujours pour avoir sous contrôle cette situation de crise sanitaire qui tient le monde au respect.

Mais la mise en place et l’utilisation des pass sanitaires nationaux sont controversés dans plusieurs pays européens. C’est le cas des mouvements réguliers anti-pass sanitaire en France, en Allemagne, en Italie et en Grèce.

Le pass sanitaire obligatoire

La majorité des pays européens ont opté pour le Pass sanitaire très étendu. En France, la méthode n’a pas été la même immédiatement, mais a évolué compte tenu de la situation de l’épidémie.

Cependant, le pass sanitaire fait partie intégrante de la levée des restrictions qui a commencé début mai. Il a été mis en application le 9 juin : le système est devenu une obligation afin de pouvoir organiser des réunions qui rassemblent plus de 1 000 individus, accéder aux différentes boîtes de nuit dès le jour de leurs réouvertures le 9 juillet.

Alors, face à l’augmentation de plusieurs cas due à la variante Delta et à la lenteur des campagnes de vaccination, le président français a souligné le 12 juillet, une extension du dispositif.

Pass sanitaire plus souple en Italie

En Italie, confrontés à des problèmes sanitaires similaires à ceux de la France, les cadres dirigés par Mario Draghi, ont analysé avec intérêt l’impact des politiques des pays voisins et ont décidé de lancer le « Green Pass » à partir du 6 août. Beaucoup plus proche du système français, mais ce pass sanitaire, est beaucoup plus souple.

Outre la France, l’Autriche, Chypre, et l’Italie, plusieurs autres pays européens ont également adopté la politique du pass sanitaire à l’échelle nationale. Cela permettra aux habitants de pouvoir se rendre dans les établissements de restauration ou autres lieux publics sans risque de contamination. Il s’agit notamment de la Grèce, de l’Irlande, de la Lettonie, de la République Tchèque et la Slovénie.

La France, se dirige-t-elle vers l’assouplissement ?

Jeudi, le président français a laissé comprendre que le pass sanitaire pourrait connaître un assouplissement.

Emmanuel Macron dans une presse affirme que les restrictions seront levées dès que les conditions sanitaires le permettront, et, à son avis, cela ne viendra pas si tard à voir les chiffres.

Pour l’instant, le pass sanitaire est obligatoire pour les individus exerçant des fonctions dans les lieux rassemblant plus de 50 personnes, les établissements sanitaires, les restaurants et bars, les séminaires, les transports en commun de longue distance et les lieux commerciaux.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by @psylvonp

Les Pays-Bas se voient concernés

Le Premier Ministre néerlandais Mark Rutte a annoncé lundi qu’avec la levée des restrictions sanitaires, le pass sanitaire fera son apparition aux Pays-Bas le 25 septembre de cette année. CovidCheck sera requis dans les bars, musées, théâtres et tout autre cérémonie culturels.

Une décision qui fait l’objet de plusieurs débats en France comme en Italie : ses opposants estiment que la vaccination obligatoire est une mesure « ridicule, inutile et trompeuse ». D’aucuns se soucient de la capacité de la police à la faire respecter surtout lorsque l’horeca menace de ne pas coopérer de cette manière.

Afficher Masquer le sommaire
Plasma Review » Santé » Non uniformatisation des mesures relatives au Pass sanitaire : l’Europe à plusieurs vitesses !