Le comité de Miss France accusé de favoritisme !

À l’issue du concours Miss France chaque année, une seule femme est couronnée reine de beauté de l’hexagone. Cela entraîne également au final de grandes déceptions.

À l’issue du concours Miss France chaque année, une seule femme est couronnée reine de beauté de l’hexagone. Cela entraîne également au final de grandes déceptions. Un documentaire diffusé en marge de la nouvelle cérémonie de cette année laisse entendre que « tout est calculé à l’avance ». C’est donc l’occasion pour certains de contester l’impartialité de l’évènement.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Groupe Savac (@groupe_savac)

Des accusations signées Gwenegann Saillard

La cérémonie Miss France de cette année se tiendra dans la soirée de ce samedi 11 décembre. Les candidates seront départagées au cours de cette édition sur le thème de la comédie musicale, puis une d’entre elles sera élue par le public pour succéder à Amandine Petit. Mais serait-il possible de connaître à l’avance le nom de la gagnante ?

 

Pour Gwenegann Saillard, c’est en tout cas possible de cerner les finalistes. Dans le documentaire Miss France : Scandales, gloire et beauté, attendu ce vendredi sur RMC Story, et dont Gala a pu se procurer en exclusivité des extraits, l’ancienne candidate de Miss France affirme que l’issue de la soirée est rarement due au hasard. « Je sentais qu’il y avait du favoritisme et des orientations vis-à-vis de certaines candidates plus que d’autres. Je pensais qu’on était toutes sur le même pied d’égalité, mais on se rend compte (…) que ce n’est pas le cas », a-t-elle confié en pointant du doigt le comité.

 

Pour la reine de beauté de 22 ans, cette situation a encore plus sauté aux yeux lorsqu’elle a visionné la soirée de l’élection, « Je me suis rendue compte que les filles qui n’étaient pas favorites étaient constamment situées aux extrémités », a-t-elle assuré.

Une forme d’accusation soutenue par d’autres anciennes participantes du concours de beauté

De telles accusations de la part de Gwenegann Saillard ne datent pas d’aujourd’hui, car elle avait déjà eu à tenir les mêmes propos après l’élection d’Amandine Petit en 2020. Sylvie Tellier avait alors dénoncé le manque de fairplay de la candidate. Cependant, bien avant ces accusations, il y en avait eu d’autres de la part de deux anciennes Miss.

 

Dans Touche pas à mon poste sur C8, Charlotte Bobb et Ornella Bellorti sont revenues, le 17 novembre 2020, sur les « injustices » et « les tricheries » au sein du comité, notamment lors des élections régionales. Selon Charlotte Bobb, sa promotion aurait été truquée : « quatre mois avant l’élection régionale, on savait qui allait être élue. C’était déjà joué ». Ornella Bellorti quant à elle a avoué que : « lors de mon élection, je savais que j’étais la favorite parce que j’avais déjà des écharpes ».

 

View this post on Instagram

 

A post shared by @paulinaartdestine

Une remise en cause sans grande incidence sur la tenue de Miss France 2022

Malgré ce tumulte, la cérémonie de cette année se prépare bel et bien. Le show se déroulera cette fois au Zénith de Caen, tandis que le direct sera assuré par TF1. A l’animation, on retrouvera encore une fois l’inamovible Jean-Pierre Foucault et la belle Sylvie Tellier à ses côtés.

Jean-Pierre Pernaut sera le président d’un jury composé de visages connus comme Amel Bent, François Alu, Inès Reg, Philippe Lacheau, Delphine Wespiser et Ahmed Sylla.

Afficher Masquer le sommaire
Plasma Review » People » Le comité de Miss France accusé de favoritisme !