Jean-Pierre Valentini, parcours d’un self-made man

Personnalité influente dans le monde du pétrole et dans le monde de l’entreprise en général, Jean-Pierre Valentini a d’abord bâti sa carrière en Afrique. 

Alors, qui est Jean-Pierre Valentini ? Comment s’est construit cet homme, parti de rien et devenu un homme d’affaires accompli ?

Qui est cet esthète, que sa fortune a autorisé à assouvir ses passions pour l’art et les courses automobiles ? A travers sa formation et sa carrière, partons à la découverte d’un homme qui s’est fait tout seul.

Jeunesse et formation

Né en Corse, à Corte, le 5 février 1964, Jean-Pierre Valentini se fait rapidement remarquer par ses résultats scolaires. Doté d’une intelligence rare et d’une grande ambition, il choisit très tôt de s’orienter vers le commerce international.

Après d’excellentes études en France, il parvient dès 1988 à intégrer l’université d’Hartford, aux États-Unis. Là, il entreprend et valide un MBA (Master of Business Administration) Finance et Management. C’est donc avec le meilleur diplôme obtenu dans l’université la plus renommée qu’il débute sa carrière professionnelle.

Au cours de ce MBA, Jean-Pierre Valentini a pris un premier contact avec le monde du pétrole à travers un stage effectué au Texas au sein du groupe Elf. Cet intérêt pour l’or noir ne s’est jamais démenti par la suite.

Elf non plus n’a pas oublié ce jeune homme prometteur. Et c’est tout naturellement que Jean-Pierre Valentini a vu les portes du groupe s’ouvrir à lui dès 1990. Il officie alors en tant que trader pétrole sur le continent africain.

Jean-Pierre Valentini à Elf

Entre 1990 et 1992, il effectue une pige de deux années auprès de la raffinerie de Donges, puis réintègre le groupe Elf. Il reprend son poste de trader pétrole en Afrique. Elf est alors une des plus grosses sociétés au monde d’extraction et de distribution de pétrole. Elle est née en 1967 de la réunion de l’UGD (Union Générale de Distribution) et de l’UGP (Union Générale des Pétroles).

En 1995, lorsque la carrière de Valentini décolle, Elf est l’un des plus importants groupes français, toutes branches confondues. Cette année-là, les compétences et la force de travail de Jean-Pierre Valentini le propulsent au poste de responsable trading de l’entreprise pour l’ensemble du secteur Afrique de l’Ouest.

A ce poste, il parfait sa connaissance du monde du pétrole et de ses marchés. Il se constitue aussi un réseau africain qui lui sera utile pour la suite de sa carrière. Celle-ci prend une nouvelle direction quand il décide de quitter Elf et d’intégrer la société Trafigura en 2004.

L’or noir à Trafigura

Entreprise suisse créée en 1993, Trafigura est une société de courtage et de transport des matières premières. En 2004, elle est considérée comme le troisième plus gros groupe de négoce pétrolier au monde. En grande partie implantée en Afrique Noire, la société décide d’engager un spécialiste du continent : Jean-Pierre Valentini.

Celui-ci reprend pour un temps le même poste qu’il occupait à Elf : responsable trading pour l’Afrique de l’Ouest. Maurice Nesse, ingénieur des mines à la personnalité puissante, le guide dans les arcanes de l’or noir africain.

Au bout de 4 années, les activités de Jean-Pierre Valentini s’étendent au secteur Afrique de l’Est. Un an plus tard, il devient directeur trading sur l’ensemble du continent. Enfin, à partir de 2011, il chapeaute toutes les opérations pétrolières du groupe sur le continent africain.

Il reste à ce poste très exigeant 5 années. Durant ces 5 années, il parvient encore à développer les actifs du groupe dans son secteur de compétence. En 2016, il quitte Trafigura pour se mettre à son compte. Il devient consultant indépendant international en matières premières. Il réside en Suisse à Genève. Il entend, par ailleurs, conserver et faire fructifier son patrimoine personnel.

Un investisseur avisé

Jean-Pierre Valentini a investi des sommes importantes dans l’immobilier. Il est également actionnaire de plusieurs entreprises, souvent des start-up emblématiques de leur époque.

Le meilleur exemple en est SpaceX, fondée en 2002 par le fameux Elon Musk. Jean-Pierre Valentini s’en est retrouvé actionnaire par la fusion de la société B Reputation, dont il était le fondateur, avec SpaceX. Société astronautique, l’entreprise d’Elon Musk a pour vocation l’envoi et la gestion de satellites dans l’espace. Elle est notamment l’un des prestataires privés de la NASA.

Jean-Pierre Valentini a aussi investi dans Tradee, entreprise de certification de montres de luxe et dans Reverse Vision, créée en 2012. Cette dernière société exerce ses activités dans le domaine des conseils aux entreprises en affaires et en gestion.

Des passions d’esthète

Jean-Pierre Valentini fait partie du cercle fermé des collectionneurs qui comptent dans le monde de l’art contemporain. Il compte notamment dans sa collection la dernière peinture réalisée par Pierre Soulages en 2018.

Sa passion pour la course automobile s’est concrétisée en 2015 par la fondation avec Frédéric Fatien de l’écurie GPX Racing. Cette écurie professionnelle participe aux courses GT. Elle a notamment remporté les 24 heures de Dubaï, les 24 heures de Spa, la Coppa Florio et les 1 000 kilomètres Paul Ricard.

Enfin, dernière pièce d’un parcours atypique, Jean-Pierre Valentini, s’est engagé contre le réchauffement climatique. Une telle position ne va pas de soi pour un professionnel du pétrole passionné d’automobile. Mais à personnalité exceptionnelle, tout est possible !

Plus d’infos sur Jean-Pierre Valentini : https://groupegratuitpros.fr/2022/09/20/la-legende-noire-de-jean-pierre-valentini/ et ici : https://jeanpierrevalentini.wordpress.com/ 

Afficher Masquer le sommaire
Plasma Review » France » Jean-Pierre Valentini, parcours d’un self-made man