Gabriel Combris : “Je veux mettre ma plume dans la plaie !”

Journaliste de profession et lanceur d'alerte, Gabriel Combris a fondé les Éditions Viva Santé. Également rédacteur de la célèbre lettre Directe Santé, il est directeur des publications Plantissime, Révolution Santé et Du Neuf pour ma santé.

Connu pour la rigueur et l’amour dont il fait preuve dans sa profession, il anime également des conférences sur des sujets qui touchent les domaines de la santé et du bien-être. Auteur de plusieurs best sellers – Les 65 Fantastiques et 100 remèdes naturels totalement révolutionnaires- , Gabriel Combris s’est engagé depuis 2018 dans la lutte contre Big Pharma. Cette lutte lui a même valu la publication de son tout dernier : Les 100 remèdes naturels qui font trembler Big Pharma. Voici le portrait d’un journaliste lanceur d’alerte.

Gabriel Combris, une enfance en Auvergne

Sa maladie l’avait obligé à passer de longs moments à l’hôpital. C’est lors des hospitalisations que Gabriel Combris à découvert sa passion pour la lecture et pour le journalisme. En effet, il a fait la rencontre de sa passion alors qu’il était alité, à travers Rouletabille et Tintin. Plus tard adolescent, le jeune Combris sera marqué par la santé de son oncle atteint de cancer de la gorge.

C’est d’ailleurs à cette douloureuse expérience qu’il doit son amour pour l’investigation. Selon lui, certains composants médicamenteux constituent de véritables poisons et tout comme le tabac, ils bénéficient du silence des autorités au profit des lobbys pharmaceutiques.

Il obtient son baccalauréat en 1994 avec la mention bien s’inscrit à la fac de médecine et sciences po. Jouant sa vie à pile ou face, Combris décrochera la rue Saint Guillaume. Il rejoint ensuite Paris et en 1998, il sort diplômé de l’IEP. Ses années d’études ne l’ont pas fait oublier ses premiers amours. Au contraire, Gabriel Combris y a gagné en maturité et plus que jamais engagé envers sa profession et envers la mission qu’il s’est donnée.

Gabriel Combris: Une carrière sans faute

Son diplôme en poche, Gabriel Combris s’est aussitôt engagé dans la presse en tant que journaliste tout-terrain. De 1998 à 2013, il a assuré de nombreuses tâches dans la presse quotidienne et hebdomadaire. Aujourd’hui, il cumule plus de 20 années d’expériences au service de la presse magazine, la presse quotidienne et de la presse hebdomadaire.

Il compte également ses articles de blog sur des sites comme Le Figaro, Le Nouveau Détective, Le Messager de Saint Antoine, les Echos, etc.

À partir de 2013, Combris décide de se spécialiser dans le journalisme d’investigation sur les questions de la santé. Son engagement sur les enquêtes dans le secteur de la santé a été induit par des affaires de santé médiatisées comme les dossiers dépakine, implants mammaires PIP et médiator.

Combris a également occupé le poste de rédacteur chez PureSanté, Plante et Santé et Alternatif Bien-Être. À partir de 2018, il fait son entrée dans la lutte contre Big Pharma et dénonce des solutions médicamenteuses inutiles qui constituent des poisons pour les consommateurs.

Quelques affaires marquant la carrière de Gabriel Combris

En plus de 20 ans de carrière, Combis a exercé sa profession avec amour. Considéré comme l’un des grands lanceurs d’alerte de cette époque, il a suivi au cours de sa carrière de nombreuses affaires médiatiques. Les plus célèbres sont celles liées à Médiator, à Dépakine et aux prothèses mammaires Pip. Voici un petit rappel sur ces affaires inquiétantes qui ont révélé les dessous de ces trois médicaments.

Le scandale avec Médiator

Mis sur le marché à partir de 1976, Médiator est un médicament élaboré par les laboratoires Servier. Il s’agit d’un antidiabétique qui peut aussi jouer le rôle de coupe-faim. Cependant, le médiator entraîne de graves effets secondaires. En 2009, ce médiator a été simplement retiré du marché français pour avoir causé la mort d’au moins 1 000 personnes. L’affaire tourne ensuite au scandale sanitaire et la justice s’en est saisie.

Après une dizaine d’années de procès, le tribunal de Paris a finalement tranché. Les laboratoires Serviers sont condamnés à verser environ 180 millions d’euros aux victimes. Des cadres de la firme ont aussi été condamnés à des peines de prison avec sursis. Quant à l’Agence nationale de la commercialisation du médicament, elle a été condamnée à verser une amende de 303 000 €.

L’affaire de la Dépakine

L'affaire de la Dépakine
L’affaire de la Dépakine

Commercialisée depuis 1967, la dépakine est un médicament élaboré à base de Valproate de sodium.

Il est généralement prescrit en cas de fièvre et de convulsions chez les enfants atteints d’épilepsie et de bipolarité.

Disponible en solution buvable, en comprimé et en sirop, la dépakine est exclusivement produite par le laboratoire Sanofi.

Ce médicament est la cause de nombreux effets secondaires qui sont connus depuis 1980 alors que le médicament a été interdit en 2010.

En 2020, suite à de nombreuses plaintes, le laboratoire Sanofi et l’agence du médicament sont mis en examen pour homicides involontaires.

Après environ 2 ans de procès, le laboratoire Sanofi est condamné à verser 450 000 € aux familles des victimes.

L’affaire des prothèses mammaires de la société PIP

L’affaire des prothèses mammaires de la société Poly Implant Prothèse a été un scandale international. Selon les estimations, entre 400 000 et 500 000 femmes ont porté ces prothèses dans le monde dont 30 000 en France. En 2010, les autorités ont épinglé Pip pour avoir utilisé du gel en silicone de fabrication artisanale non-conforme pour le remplissage de ses prothèses mammaires.

En 2013, le fondateur de la société Pip a été condamné, puis en appel en 2016 à 4 ans de prison ferme ainsi qu’à une amende de 75 000 € pour escroquerie et tromperie aggravée. Les poursuites contre Pip ont pris fin lorsque son fondateur est décédé en 2019. En 2021, la cour d’appel de Paris a engagé la responsabilité de la société allemande certification TÜV RHEINLAND dans l’affaire. La société allemande a été reconnue coupable de manquement aux obligations de vigilance et de contrôle.

Plus d’info sur Gabriel Combris : https://groupegratuitpros.fr/2022/08/02/gabriel-combris

Afficher Masquer le sommaire
Plasma Review » People » Gabriel Combris : “Je veux mettre ma plume dans la plaie !”