Jack Dorsey et son nouveau réseau social, Bluesky

Née au sein même de Twitter, plusieurs prototypes ont cherché depuis des années des modèles efficaces et surtout rentables et rémunérateurs pour décentraliser un réseau social. Aujourd'hui, Bluesky s'y essaie en appelant Jack Dorsey au conseil d'administration.

Après sa démission du poste de PDG de Twitter, Jack Dorsey va rejoindre la direction de Bluesky, un réseau social décentralisé dont l’aventure a commencé il y a quelques années, en 2019, au sein de l’entreprise des tweets gazouillants dont il était une sorte de « spin-off ».

Maintenant, comme cela a été annoncé sur Twitter et sur le blog de l’entreprise, Bluesky deviendra une organisation distincte et disposera d’un conseil d’administration exceptionnel qui comprendra le cofondateur et ancien patron de Twitter, mais aussi d’autres visages connus dans le monde des réseaux sociaux, comme Jeremie Miller, que beaucoup considèrent comme l’inventeur » de la technologie sur laquelle fonctionnent aujourd’hui la plupart des applications de messagerie instantanée.

CE QU’EST BLUESKY ET COMMENT IL FONCTIONNE, UN RÉSEAU SOCIAL POUR LES ÉCOSYSTÈMES WEB DÉCENTRALISÉS

Ce n’est pas la seule nouvelle annoncée ces dernières heures : selon ce qui a été confirmé par le PDG, Jay Graber, un prototype capable d’illustrer le fonctionnement de la plateforme est enfin en route.

Jusqu’à présent, le projet Bluesky, un réseau social décentralisé ou, mieux, une plateforme capable de fournir une norme commune sur la base de laquelle les différentes entreprises de médias sociaux peuvent travailler afin que leurs services soient interopérables en aval, était resté assez vague.

Au début de l’année dernière, comme le rapporte notamment The Verge, l’équipe de Bluesky avait publié une sorte de revue systématique des principaux écosystèmes décentralisés déjà existants et fonctionnant tant bien que mal sur le web.

L’examen a porté sur des « études de cas » telles que ActivityPub et la plateforme de microblogging Mastodon, le projet Solid, dont les créateurs comprennent le père du web, Tim Berners-Lee, mais aussi la norme XMPP sur laquelle se basent aujourd’hui la plupart des applications de messagerie instantanée.

L’étude, essentiellement descriptive, a examiné comment les activités « clés » des réseaux sociaux, telles que la modération du contenu ou le contrôle de la vie privée des utilisateurs, pouvaient fonctionner dans un système décentralisé. Un aspect critique est apparu clairement lors de l’examen des projets similaires à Bluesky : les réseaux sociaux ou d’autres types d’écosystèmes décentralisés ont tous eu plus que quelques difficultés à être rentables, car ils dépendent principalement des bénévoles et des dons.

La difficulté de monétiser semblait déjà une limite à l’époque, et elle le semble encore plus aujourd’hui, alors que tout porte à croire que l’avenir des médias sociaux réside dans les abonnements (Twitter lui-même a récemment lancé une version payante, Twitter Blue), dans les adhésions et dans l’économie des créateurs. Cette étude a toutefois permis aux commentateurs de comprendre qui se cachait derrière le projet Bluesky : de nombreux visages connus des grandes entreprises technologiques.

L’ENTRÉE DE JACK DORSEY DANS L’ORGANE DIRECTEUR POURRAIT ÊTRE UN TOURNANT POUR LE BLUESKY

L’annonce officielle de l’entrée de Jack Dorsey au conseil d’administration de Bluesky pourrait également suggérer la volonté de la plateforme d’approcher et de trouver d’éventuels débouchés durables dans le monde des crypto-monnaies.

Parmi les raisons qui l’auraient poussé à démissionner de Twitter figure l’intérêt bien connu de Dorsey pour le monde des monnaies virtuelles, et l’hypothèse selon laquelle il quitterait l’entreprise pour suivre de plus près des projets ayant trait aux crypto-monnaies est devenue très forte à l’époque.

Même par le passé, et alors qu’il était encore à la tête de Twitter, Dorsey avait montré son intérêt et sa confiance dans le destin de Bluesky, qu’il a défini en 2019 comme une sorte de « standard » du futur « pour la couche de discours public sur le Web ».

La mise en place d’un protocole décentralisé efficace et sûr – et surtout rentable – semble aujourd’hui essentielle en raison de la façon dont il peut permettre aux développeurs de créer plus facilement des applications et des services qui fonctionnent bien sur différents systèmes et qui permettent plus rapidement de passer d’un système à l’autre.

Tout cela à une époque où la tendance est, de plus en plus forte, de transférer le pouvoir et la capacité d’exécuter des tâches et des opérations essentielles d’une autorité centrale, qu’il s’agisse d’une entreprise ou d’un gouvernement, à un réseau décentralisé d’utilisateurs.

Cet article a été écrit en collaboration avec Dandeloo (https://dandeloo.fr/)

Afficher Masquer le sommaire
Plasma Review » France » Jack Dorsey et son nouveau réseau social, Bluesky